BD_PE_1_site.jpg

PAYSAGES EXTRASOLAIRES © LABOFACTORY: Jean-Marc Chomaz, Laurent Karst, Filippo Fabbri - création visuelle des exo planètes par les étudiants en art et en design de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Dijon.

L'installation vidéo Paysages Extrasolaires présente une trentaine de corps célestes imaginaires, créés lors d'un workshop en décembre 2017, conduit par le collectif Labofactory à l'école des Beaux-Arts de Dijon, et qui a rassemblé chercheurs et artistes.

 

Plus de 4000 exo planètes ont été découvertes depuis 20 ans. Les signaux provenant de ces corps célestes sont indirects, des ombres portées sur leur étoile. Après un exposé des recherches actuelles en astronomie sur les planètes extrasolaires et les modalités de leur détection par le physicien Vincent Boudon, les étudiants et chercheurs se sont emparés de différents éléments comme l'eau, la brume, l'air, la lumière et même la fusion de la matière, pour inventer leur propre monde fait d'ondes, de courants, de climats et d'agitations. De ces processus d'expérimentation, il résulte des planètes improbables, imagination scientifique, rêve d'enfant, monde en devenir. 

 

Paysages Extrasolaires est une installation conçue comme un paysage visuel et sonore vivant et changeant, où des planètes apparaissent, disparaissent, dialoguent, s'entremêlent, chacune ayant sa propre vibration.

La trame musicale de cette œuvre repose sur l’identité sonore de chacune des 35 exoplanètes exposées dans l’installation. Elle a été conçue en fonction de plusieurs facteurs, notamment leur esthétique, leur matière et leur dynamique. La genèse de la composition musicale a eu lieu à partir d’une sorte de « Big-Bang» où tout le matériau musical était initialement condensé. Chaque idée a ensuite suivi la trajectoire de la planète respective, ce qui donne vie à une multitude de combinaisons et de possibilités harmoniques, mélodiques, rythmiques, de timbre, etc. Il existe une configuration particulière, qu’on peut identifier comme un « alignement », qui correspond à l’unité originaire imaginée par le compositeur. Mais cette configuration, dans la nature, est extrêmement rare à obtenir, il en est de même pour la compréhension de notre univers.

The video installation "Paysages Extrasolaires" presents about thirty imaginary celestial bodies, created during a workshop in December 2017 conducted by Labofactory at the Ecole des Beaux-Arts in Dijon, which gathered researchers and artists.

 

More than 4000 exotic planets have been discovered over the past 20 years. The signals from these celestial bodies, shadows cast on their stars, are indirect. After a presentation of current astronomical research on extrasolar planets and the modalities of their detection by physicist Vincent Boudon, students and researchers seized on different elements such as water, mist, air, light and even the fusion of matter, to invent their own world made of waves, currents, climates and agitations. As a result of these experimentation processes, unusual planets were created out of scientific imagination, childhood dreams and futuristic ideas of the world.

 

Paysages Extrasolaires is conceived as a living and changing visual and acoustic landscape, where planets appear, disappear, dialogue and intermingle, each with its own vibration.

The musical framework of the work is based on the sound identity of each of the 35 exoplanets exhibited in the installation. It is designed in dialogue with their aesthetics, matter and dynamics. The musical composition was born from a sort of "Big Bang" where all the musical material was initially condensed. Each idea then followed the trajectory of the respective planet, which gave life to a multitude of combinations and possibilities: harmonies, melodies, rhythms, timbres... The original unit imagined by the composer corresponds to a particular configuration, which can be identified as an "alignment". This configuration, in nature, is extremely rare to obtain, as is the understanding of our universe.